FAMILLE  GOUBIN - POULAT                                                             
Poulat lÉon (PAUL)                   la guerre de 14-18 (2)
petit souvenir-là. J'ai retourné le type du bout du pied; j'étais bien, je buvais du lait : il y était, mon vieux ! Zigouillé ! Raide. "
Ceux qui entouraient Bamboul l'écoutaient avec un bon rire, épanoui sans méchanceté... La guerre, simplement : une autre lueur dont elle s'éclaire, une percée dans l'ombre où se cache son vrai visage. Toute sa hideur, nous ne la connaîtrons jamais.
*Taube: avion allemand
On ne peut pas être plus explicite…

À ce jour(20.02.2019), je n'ai pas le détail des affectations de mon grand-père pendant la "Grande Guerre". Les seuls renseignements que je possède sont ceux contenus dans son registre matricule.
C'est là que j'ai découvert qu'il avait été affecté à la "Prévôté aux Armées" (donc au front) du 2 août 1914, au 13 mai 1916, pour être versé ensuite "à l'intérieur" (certainement  plus calme) jusqu'au 23 octobre 1919.
Toujours grâce à ce registre matricule, j'apprends que mon grand-père a été décoré (entre autres) de la "Médaille de l'Yser".
Or cette décoration (Belge) a été également été attribuée aux soldats "étrangers", (Français et Britanniques en l'occurrence) qui ont activement participé à cette bataille du sud de la Belgique, au mois d'octobre 1914… On est donc bien loin de l'image communément véhiculée du gendarme embusqué…

Très peu d'informations donc, mais, par recoupements et déductions on peut imaginer un parcours plus précis.

À la veille de la mobilisation générale de 1914, les  services de gendarmerie sont organisés en "légions", chaque légion étant affectée auprès d'un "corps d'armée".
Les gendarmes du Rhône, de l'Isère et de la Drôme d'une part, de Savoie, Haute Savoie, Hautes Alpes d'autre part sont ainsi affectés au 14ème corps d'armée.
Les premiers cités forment la 14ème  Légion de
Gendarmerie (cantonnée à Lyon), les seconds la 14ème bis Légion de Gendarmerie (cantonnée à Chambéry).
À peine constituée, la  "14ème bis Légion de Gendarmerie" est immédiatement scindée en deux groupes. Le premier (celui qui nous intéresse), est envoyé vers la Belgique, alors que le deuxième sera dirigé  vers Belfort.

Suivre les évolutions de cette "14ème bis légion" permet donc de suivre le parcours de mon grand-père pendant cette période où il est affecté à la "Prévôté aux Arméees".
             Pour cela, il existe un outil extrêmement précieux : Les "Journaux de Marche", qui offrent (avec plus ou moins de détails et de précisions) un compte rendu des opérations menées par les unités engagées.

Ce 1er groupe de gendarmes constituera la Force Publique du QG et verra son territoire de surveillance évoluer dans le temps. D'abord sur la partie française, ensuite à cheval sur la France et la Belgique (voir le "croquis du parcours effectué pendant la campagne de 1914 par le 1er Groupe de la Force Publique de QG de la VIIIème armée", lequel croquis est également issu du journal de marche ) .

Les jours se suivent et se ressemblent  dans les missions accomplies. Le "journal de marche" en dresse un inventaire strict d'où il ressort que l'essentiel de l'activité de la Force Publique est constitué,
La prévôté pendant la guerre de 14-18 La prévôté pendant la guerre de 14-18